Le carburant est un produit dangereux qui nécessite d’importantes précautions. Une mauvaise gestion peut entraîner des conséquences considérables. Le stockage du carburant est un problème majeur que rencontrent les entreprises, ce qui les oblige à faire appel à des sociétés ou des professionnels dans ce domaine. Stocker du carburant est donc une affaire sérieuse qui nécessite du professionnalisme. Il est vrai que le carburant est un liquide mais ce n’est pas un liquide ordinaire. Le diesel et l’essence sont des produits inflammables et ceux très facilement en contact avec le feu. La gestion de ceux-ci est donc soumise à diverses exigences incontournables. Quelles sont ces exigences qui méritent d’être soigneusement respectées ?

Les récipients de stockage et leur entretien face aux conditions climatiques !

Limiter l’évaporation du combustible nécessite des matériaux adaptés avec des dispositifs compatibles. Que l’on soit un particulier ou une entreprise, disposer du bon récipient est important. Que ce soit pour un stockage interne ou externe, il faut choisir entre un conteneur en métal ou en plastique comme le PVC. De ces deux choix, le métal est privilégié, comme dans le cas des cuve carburant container, en raison de sa capacité à ralentir la propagation du feu s’il se produit et de sa fermeté face aux hydrocarbures. Bien sûr, il n’est pas très résistant à la corrosion malgré sa grande capacité de rétention. Néanmoins, le PVC n’est pas mis au rebut grâce à son prix abordable selon ce site spécialisé, avec un faible besoin d’entretien. Dans tous les cas, il doit être conservé dans des conditions optimales, à l’abri de l’humidité et du soleil. Lorsque la quantité à stocker est faible, il est possible de le stocker en intérieur dans des bidons, fûts ou jerrycans de 60 à 450L.  Ces conteneurs sont fabriqués en PEHD (polyéthylène haute densité) et nécessitent un dispositif de transport, un système de fermeture, un caractère opaque aux UV et hermétique. Pour les grandes quantités, il est préférable de choisir un réservoir extérieur en acier ou en plastique comme pour une station-service en container. Ce réservoir doit être équipé d’une jauge, d’un indicateur de quantité et de la nature du liquide.

La distance nécessaire pour limiter les risques de dommages et d’inflammation !

Le carburant est un liquide inflammable et nécessite de nombreuses précautions. Le plus souvent, les cuves à carburant aériennes sont choisies pour leurs avantages mais dans certaines régions, il est préférable d’opter pour des cuves enterrées.  Cela permet de réduire le risque d’incendie, surtout dans les régions où l’eau est rare et où la sécheresse règne. Afin d’éviter ce problème, une distance standard entre le réservoir et les bâtiments a été fixée. Les réservoirs hors sol nécessitent une distance de 1m des zones habitées s’ils contiennent moins de 6000L. Pour moins de 10000L, une distance de 6m est requise, et au-delà de cette quantité, elle est de 7 à 10m. Il est même conseillé de clôturer les sites et les réservoirs lorsqu’ils contiennent des quantités importantes et volumineuses.  Dans le cas des conteneurs de stockage intérieurs, à la différence de cuve carburant container, la maison qui le contient doit être ventilée ou aérée, avec des portes, des sols, des murs résistants au feu. Sinon, il ne restera rien de l’endroit en cas d’incendie.  À l’intérieur ou à l’extérieur, les conteneurs doivent être placés sur une surface plane et étanche, les réservoirs étant reliés au sol par un bon tuyau. Les lieux où ils se trouvent doivent être accompagnés d’un extincteur.

Les risques en cas de manque de conditions

Les conditions que doivent respecter les compagnies pétrolières et toute personne qui stocke du carburant sont susceptibles d’entraîner des dommages considérables si elles ne sont pas respectées. Dans le cas d’un conteneur mal fermé, il y a un risque que le carburant s’évapore, réduisant sa quantité mais exposant les personnes présentes à un air toxique. Ce défaut de fermeture permet au combustible de s’échapper et entraîne un risque d’incendie ou d’explosion en cas de contact avec le feu. L’oxydation du carburant le rend de mauvaise qualité, ce qui peut endommager le moteur d’un véhicule. Le carburant qui restera dans le réservoir sera mal conservé et le taux de cétane sera inférieur à la norme requise.